La protection de l’enfant en période de coronavirus

Depuis la mi-mars, rien n’est plus comme avant. En raison de la pandémie de coronavirus, la vie publique s’est arrêtée et l’insécurité générale s’est accrue. Depuis les fermetures d’écoles, les enfants doivent apprendre à la maison. Les parents travaillent à domicile et essaient de répondre aux exigences inchangées du travail et de la famille dans un espace restreint. L’équilibre créé par des activités de loisirs organisées a disparu. Bref : alors que la pression augmente, les familles se retrouvent livrées à elles-mêmes ; les aides extérieures, les réseaux de soutien ou les possibilités de se faire décharger sont devenues en grande partie inexistantes. Les spécialistes sont d’avis que la situation actuelle conduira à une augmentation des cas de violence domestique, donc à un nombre accru d’enfants affectés par la violence.

Vivre ensemble sans violence - même en temps de crise

Vivre ensemble sans violence, c'est possible. Dans une période où le quotidien des familles a lieu surtout à la maison, il est important, pour protéger nos enfants, de ne laisser aucune chance à la violence. Il y a toujours une alternative. Voici quatre idées fortes pour des temps durs. 
1. Se laver les mains

L’eau chaude a un effet apaisant sur le système nerveux végétatif et vous aide à retrouver votre calme. En même temps, vous vous protégez contre le COVID-19.

2. Contrôler sa respiration

Avant de risquer d’exploser, concentrez-vous sur votre respiration: inspirez en comptant jusqu’à quatre, retenez votre souffle jusqu’à six, puis expirez jusqu’à huit. Ne respirez pas en face d’une autre personne.

3. Continuer de bouger

Il suffit d’une demi-heure de mouvement sans les enfants pour oublier le stress quotidien. Privilégiez le sport d’endurance. En plus, vous renforcez ainsi votre système immunitaire.

4. Distance sociale

En cas de dispute, allez dans une autre pièce. Prenez de la distance et respirez à fond. Comptez jusqu’à dix ou pensez à quelque chose d’agréable. Ainsi, vous oubliez aussi un instant le coronavirus.

Sous la rubrique « Des idées pour le nouveau quotidien des familles », vous trouverez des autres informations sur des questions concernant l’éducation et des possibilités concrètes pour ne laisser aucune chance à la violence. Vous trouverez des informations plus complètes sur la violence domestique et l’éducation non violente sous la rubrique « Informations pour les familles sur le thème de la violence ». Par éducation non violente, nous n’entendons pas uniquement l’absence de violence. Protection de l’enfance Suisse entend par là une éducation positive, qui favorise l’épanouissement des enfants. Pour gérer la vie de tous les jours avec des enfants, nous indiquons sous « Autres informations » des liens vers des blogs et des sites web qui peuvent être une précieuse source d’inspiration.

Tenir compte du bien des enfants dans toutes les mesures visant à enrayer le coronavirus

Protection de l’enfance Suisse est très contente que le Conseil fédéral n’ait pas décrété pour l’heure un confinement général. Les enfants ont, plus que jamais, un énorme besoin de jouer et de se dépenser en plein air. Durant cette période d’insécurité, ils ont besoin des assises que leur procurent leurs parents et leurs amis. Les restrictions étendues de la liberté de mouvement des enfants portent atteinte au bien-être physique et psychique ; elles conduisent en outre à un risque accru de recours à la violence au sein de la famille. Ceci est grave car chaque limitation supplémentaire des contacts avec le monde extérieur réduit, pour l’enfant, les chances que l’on entende sa souffrance silencieuse et qu’on fasse ce qu’il faut pour l’aider.