keyboard_arrow_left Retour

Pour les parents et les responsables légaux

Éduquer des enfants est une tâche gratifiante et belle. Mais au quotidien, il y a toujours des situations qui se terminent en disputes ou qui nous font sortir de nos gonds. En tant que responsables de l’éducation des enfants, nous nous sentons alors énervé·e·s, frustré·e·s, incompris·e·e et abandonné·e·s. – et les enfants ressentent exactement la même chose.

Devenir mère ou père entraîne de nombreux changements dans l’existence. Les comportements et rôles qui fonctionnaient dans une relation harmonieuse sont souvent modifiés après la naissance d’un enfant. Le nouveau-né occupe la place centrale et demande beaucoup d’attention pour acquérir la confiance lui permettant d’affronter le monde et de bien réussir son entrée dans la vie. Si cette situation est particulièrement belle et gratifiante pour les parents, elle présente cependant un grand nombre de défis

Renforcer les relations – à tous les niveaux

Les parents et les représentants légaux ont un rôle important à jouer d’une part pour créer une relation équilibrée avec eux-mêmes et avec leurs enfants et d’autre part, pour rendre le quotidien de la famille plus agréable et procurer plus de bonheur à chacun.  Vous pouvez par exemple essayer de mieux identifier et prendre en considération vos propres besoins. Des parents sûrs d’eux et décontractés permettent à leurs enfants d’être sûrs d’eux et décontractés. En donnant l’exemple, vous servez aussi de modèles de vie à vos enfants car ceux-ci adoptent les comportements des adultes. En mettant en avant des aspects positifs du comportement des enfants, vous les encouragez à persévérer dans leurs intentions (positives) et leur conduite. En formulant de manière concrète et précise des règles et des limites et en exigeant que vos enfants s’y conforment, vous les aidez à s’épanouir dans un cadre clair.

Contre la violence dans l’éducation

Certains parents arrivent à un tel point d’énervement qu’ils se sentent complètement dépassés et perdus. Se confier à quelqu’un est rarement une option: qui a véritablement envie d’admettre que sa progéniture le pousse à bout et lui fait perdre son sang-froid. Pourtant, parler de ces choses-là peut être libérateur. On peut soudain découvrir que l’on n’est pas tout·e·seul·e et que d’autres personnes vivent une situation identique ou tout au moins similaire.

Être dépassé·e et stressé·e entraîne rapidement insécurité et frustration. Cela peut déclencher de la colère envers soi-même et de l’agressivité envers l’enfant. Un moyen pour éviter de prononcer des mots trop durs ou d’avoir un geste malheureux envers l’enfant est d’adopter des comportements pour s’apaiser. Ils soulagent immédiatement et aident à retrouver un équilibre intérieur. À l’aide de cet outil très utile, vous vous assurez que la violence psychique et physique n’a pas sa place dans votre éducation.

Les enfants ont des droits

La Suisse a ratifié la Convention relative aux droits de l’enfant de l’ONU en 1997. De ce fait, elle s’est engagée à rappeler aux parents leur devoir d’éducation et à les aider à prendre en compte et à préserver au mieux dans leur éducation l’intérêt supérieur de l’enfant. Dans ce cadre, une base légale interdisant la violence physique et psychique et toute mesure humiliante est indispensable. La Suisse n’a pas inscrit expressément dans la loi le droit de l’enfant à une éducation sans violence, par conséquent, elle ne remplit pas complètement ses obligations de protection.

Cours Parents Plus

Cours et manifestations pour les parents, grands-parents et spécialistes de la pédagogie.

Services de consultation

Des service de consultation proche de chez vous et correspondant à vos préoccupations.

shopping_cart
Voir le panier
0