Paroles fortes

«On peut apprendre à aimer. Et personne n’apprend mieux que les enfants.» C’est une citation d’Astrid Lindgren – magnifique, et tellement vraie. Même s’il est parfois difficile et harassant de vivre avec des enfants, je ne cesserai jamais d’offrir à mes enfants la protection et l’amour qu’ils méritent. La violence n’est jamais une solution.
Isabelle Kade
Photographe de famille et créatrice de contenus digitaux @miniundstil, mère de trois filles
Isabelle Kade
Des parents calmes sont la meilleure prévention de la violence dans le monde. Des enfants qui peuvent exprimer leurs sentiments et sont pris au sérieux, qui sont accompagnés dans leur monde émotionnel, qui sentent chaque jour un amour inconditionnel à leur égard, dont les besoins sont pris en compte et avec lesquels on communique de manière valorisante, deviendront des personnalités fortes et sûres d’elles, qui ne devront pas recourir à la force et à la violence.
Birgit Gattringer
Cofondatrice de www.starkekids.com, spécialisée dans le coaching familial et mental, mère de 2 garçons
Birgit Gattringer
Un conflit ou une souffrance se produit quand on veut absolument une chose, mais que la réalité ne vous la donne pas. Si l’on pense qu’il n’y a pas d’autre solution, on essaie alors d’infléchir le cours de la réalité et de le briser, afin qu’elle réponde à nos besoins. Mais des réalités faussées ne résolvent pas le problème. Pour apaiser des conflits, il faut du temps et être prêt à des compromis. Quand l’adulte veut lire en toute tranquillité, mais que l’enfant n’arrête pas de grogner, les deux parties doivent prendre le temps qu’il faut et considérer qui a besoin de quoi. Prendre le temps signifie supporter que les choses ne changent pas tout de suite. Accepter un compromis signifie que l’on va devoir aussi donner quelque chose si l’on veut recevoir autre chose. Finalement, il s’agit d’un contrôle productif et de la réalisation de souhaits, de besoins et de pulsions.
Philipp Ramming
psychologue spécialiste de l’enfance et de la jeunesse FSP, ancien président de l’Association suisse de psychologie de l’enfance et de l’adolescence (ASPEA), père de deux jeunes adultes
Philipp Ramming
L’avenir appartient aux enfants – aidons-les à le découvrir. Donnons-leur des lignes directrices sans les priver de liberté. Pour moi, il a toujours été important en tant que mère de continuer à avoir aussi ma propre vie. C’est pour cela que j’ai osé me lancer dans une activité indépendante. Mon mari doit s’absenter régulièrement de longues périodes pour son travail, et donc, cela peut être très stressant avec les enfants et le ménage. Toutefois, pour nous, en tant que famille, toute violence est absolument exclue. Il existe d’autres moyens de montrer aux enfants les limites à ne pas franchir. Le dialogue joue un rôle essentiel. Écouter et parler – dans cet ordre. Ainsi nos enfants pourront-ils grandir avec insouciance, sereinement et sans violence. Ils apprendront en outre les valeurs d’une enfance sans violence et pourront ainsi les retransmettre plus tard.
Céline Widmer
Céline Widmer
Dans notre monde, la vie de l’être humain est toujours plus ancrée dans l’environnement numérique. Cela vaut notamment dans les périodes d’enseignement à domicile, en particulier pour les enfants. S’ils peuvent ainsi accéder au monde de l’internet et découvrir à la fois un espace de communication et d’interconnexion sans limites, offrant de nombreuses possibilités de développement positives, ils sont toutefois exposés à certains risques. Il existe en particulier un risque d’envergure mondiale que des auteur·e·s de délits sexuels puissent entrer en contact avec des enfants. Les mesures de protection pour les enfants sur internet ne sont malheureusement pas suffisamment développées pour faire face au temps d’utilisation et à ces risques – cela nécessiterait des solutions et des stratégies globales. Pourtant, les enfants ont eux aussi le droit d’explorer librement et en toute sécurité l’environnement numérique. C’est pourquoi il est important qu’on leur enseigne des compétences médiatiques, afin qu’ils soient en mesure d’affronter de tels risques. Il revient avant tout aux parents et à la société d’assumer cette responsabilité. Naturellement, cela suppose que les parents eux-mêmes utilisent ces médias, qu’ils aient au moins une fois fait l’expérience d’un jeu en ligne, afin de comprendre vraiment la fascination qu’ils exercent et les risques encourus. Cela demande du temps, de la patience et mettra peut-être leurs nerfs à rude épreuve. Mais c’est actuellement la meilleure protection pour les enfants.
Dr. Thomas-Gabriel Rüdiger
Directeur de l’Institut de cybercriminologie à la Hochschule der Polizei du Land de Brandebourg et père de deux enfants (photo: @stine-photography Janine Limberg)
Dr. Thomas-Gabriel Rüdiger
Je me souviens, aujourd’hui encore, d’une histoire que racontait mon père. Il était alors fréquent que les professeurs se montrent grossiers, qu’ils tapent par exemple sur les doigts des enfants ou sur leurs mollets avec leur ceinture. Lorsqu’il apprit à mon grand-père d’où provenaient les traces de coups, ce dernier se rendit chez le professeur et lui dit ses quatre vérités en face. Il n’y eut plus jamais d’actes de violence à l’école. Je suis très impressionnée que mon grand-père soit intervenu pour défendre mon père – à une époque où les enfants n’avaient pas encore leur «valeur» actuelle, si l’on peut dire, n’avaient guère de liberté de choix (p. ex. seul le fils aîné avait le droit d’étudier), et surtout, ils devaient mettre la main à la pâte à la maison. Comme mère, j’ai moi-même vécu des situations où les nerfs étaient à vif et où, souvent, il s’en fallait de peu pour que des paroles grossières ou des gestes de colère s’ensuivent. Or, dans de tels moments, il faut beaucoup plus que de la maîtrise personnelle et une réflexion sur soi. Il faut avant tout davantage de soutien pour les parents qui doivent mener de front leurs activités professionnelles et parentales, et qui n’ont que rarement la possibilité de recharger les batteries.
Tamara Beck
Blogueuse auprès de «Mama mal 3» et journaliste, trois enfants
Tamara Beck
Il est très important que les parents s’informent eux-mêmes de la violence sexuelle à l’égard des enfants et qu’ils abordent de temps à autre le sujet: en famille, avec les voisins, lors de réunions de parents d’élèves ou de séances d’information des scouts. Il n’y a rien de plus dissuasif pour les auteur·e·s d’abus que des familles qui parlent ouvertement de la violence sexuelle à leurs enfants et qui n’hésitent pas à intervenir quand quelqu’un s’approche trop près de leur fils ou de leur fille. Il convient en outre de sensibiliser les enfants à ces questions. Si cette personne manipule l’enfant, il sera particulièrement difficile pour ce dernier de dire «Stop!» Mais plus un enfant sait quelles sont les limites à ne pas franchir, plus il sera en mesure de reconnaître le délit et d’en fournir la preuve. Dans le meilleur des cas, les actes délictueux pourront être évités avant que l’enfant n’en garde des séquelles traumatisantes. Il faut bien être conscient d’une chose: pour les enfants, il est extrêmement difficile d’identifier la violence sexuelle. La violence physique est manifeste pour chacun d’eux, il n’est même pas nécessaire de l’expliquer à un tout-petit. Un enfant ressent et sait qu’une gifle ou un coup est une mauvaise chose. Mais si une personne travestit la violence sexuelle en un jeu, un enfant qui n’a pas été sensibilisé à ce problème n’a quasiment aucune chance de remarquer que son comportement n’est pas correct. Nous sommes confronté·e·s à de très nombreux exemples de cette sorte dans notre centre d’aide aux victimes. Souvent, tout commence par un jeu prétendument amusant, qui peu à peu se transforme en une violence sexuelle massive, où toutes les limites sont franchies. C’est d’ailleurs l’une des stratégies adoptées par leurs auteur·e·s: ils ou elles commencent par une action dont ils pourront encore prétendre, s’ils sont découverts, qu’il ne s’agissait que d’un jeu. La violence sera plus intense s’ils se sentent suffisamment assurés que l’enfant n’en parlera à personne, parce qu’il a déjà été manipulé. Il est donc très important de fournir des informations sur la sexualité adaptées à l’âge de l’enfant. Et pas seulement sur la sexualité, mais aussi sur la violence sexuelle.
Agota Lavoyer
experte indépendante en matière de violence sexualisée et conseil aux victimes, mère de quatre enfants
Agota Lavoyer
Être parent signifie se surpasser chaque jour. Il nous arrive trop souvent d’atteindre nos limites. C’est tout à fait normal. Lorsque, dans un couple, la famille s’agrandit, nous partageons notre vie, notre quotidien. Mais les besoins divergent parfois complètement. Et c’est bien ainsi. Il suffit que nous en soyons conscients et que nous ne laissions pas notre vie quotidienne trépidante et stressante avoir une influence négative sur le développement de nos enfants. Au contraire – traitons nos enfants sur un pied d’égalité, écoutons-les et renforçons ainsi de manière harmonieuse la relation parents-enfants. Trop souvent, nous exigeons de nos enfants qu’ils se conforment pratiquement à notre emploi du temps, à nos habitudes. Comment échapper à ces situations de stress? Et comment, au lieu de nous concentrer sur nous-mêmes, donner la priorité aux besoins de nos enfants suivant la situation? En tant que parents, faisons un pas pour sortir de cette spirale et ravaler ainsi notre irritation malvenue et la colère imminente d’un enfant qui ne se montre pas coopératif. En communiquant avec calme, nous répondons au besoin d’attention et d’affection de nos enfants et leur offrons un havre de sécurité, au lieu de les angoisser et de les éloigner de nous. Nos enfants ont en effet toujours besoin d’un sentiment de sécurité, de protection et d’amour. Car leurs actes ne sont pas mal intentionnés. Il s’agit seulement d’un processus d’apprentissage que nous autres, en tant que parents, accompagnons en leur servant de modèle. Aucun de nous n’a inventé le rôle de parents, mais nous sommes responsables de notre relation parents-enfants et, de manière déterminante, du développement de nos enfants qui va de pair. Donnons par conséquent à nos enfants l’espace qui leur permette de trouver leur propre personnalité et de découvrir leur environnement. En les soutenant, de manière objective et pacifique!
Richard Wenner
papa blogueur @ www.papammunity.de, père d’un enfant
Richard Wenner
En tant que parents, nous voulons uniquement le meilleur pour nos enfants. Nous essayons de tirer sur la même corde et, comme couple, cela se termine régulièrement par une foire d’empoigne. Nous voulons faire mieux que nos parents et répétons pourtant exactement les modèles de comportement de notre enfance, que nous ne voulions pas retransmettre. Si nous voulons des enfants forts, nous devons nous préoccuper de notre propre histoire. Comme parents, nous devons comprendre quels sont les modèles récurrents dans une relation de couple et quel rôle est ainsi dévolu aux enfants. Ce n’est que si nous connaissons nos «taches aveugles» et nos blessures et que nous les intégrons, que nous ne les retransmettrons pas à la prochaine génération. Avant de qualifier un enfant de difficile ou de vouloir lui apprendre quelque chose qui correspond à l’idée que nous nous faisons de lui, nous devrions d’abord réfléchir aux croyances et aux dogmes que nous avons emmagasinée dans notre tête et essayer de comprendre et d’assimiler les expériences de notre propre «enfant intérieur». Si nous montrons à nos enfants ce que nous attendons d’eux, nous ne devons pas le leur apprendre, car ils grandiront pour le faire eux-mêmes.
Felizitas Ambauen
Psychothérapeute spécialisée dans la thérapie de couple, développeuse du concept d’atelier «PAARCOURS-beziehungsweise werden»; podcast BEZIEHUNGSKOSMOS, mère d’une fille (photo: Emanuel Wallimann)
Felizitas Ambauen
Lorsque je travaillais dans un jardin d’enfants en forêt, au moins une fois par semaine un enfant me poussait à bout à cause de son comportement. Je suis resté professionnel. Maintenant, je ne travaille plus comme jardinier d’enfants, mais comme musicien pour enfants, conseiller pédagogique et papa. Et comme père, c’est ma fille qui me pousse à bout environ 2 fois par semaine – parfois plus, ou moins. Parfois à plein tube. Il suffit d’un peu de stress en plus et la situation devient déjà critique. Pour les deux. Mais là, c’est moi l’adulte. Et après avoir été poussé à bout par ma fille, je me demande à chaque fois: ‹Comment une gamine de neuf ans a-t-elle pu t’amener jusqu’aux limites de ta résistance? Tu dois pourtant le savoir mieux qu’elle et pouvoir te défendre. Tu es un adulte et tu peux quand même faire la part des choses entre sa rébellion et son refus formel de ses laver les dents. Sois un adulte actif, ressaisis-toi et passe l’éponge!› Nous en sommes capables, chers adultes. Car nous sommes adultes, et donc nous avons dépassé le niveau où nous prenions tout personnellement. Je l’espère tout au moins. Mon truc, c’est d’en rire. D’abord de manière active et consciente, et souvent légèrement désespérée, de sorte que plus tard, ce rire se déclenche sans que j’y pense – et dans le meilleur des cas, même un peu plus tard avec ma fille – alors, nous rions tous les deux.
Marius Tschirky
musicien, auteur et pédagogue spécialiste de la nature (photo: Beni Blaser)
Marius Tschirky
Il ne devrait y avoir aucune tolérance à l’égard du harcèlement moral et de la violence. Ensemble, luttons pour une cohabitation pacifique, en particulier pour le bien des enfants.
Michel Fornasier
Porteur d’une prothèse bionique et créateur de la fondation Give CHILDREN a Hand, il incarne le personnage de la bande dessinée Bionicman.
Michel Fornasier
Depuis plus de 20 ans, j’entends des histoires d’enfants victimes de maltraitance – depuis 17 ans, au sein du groupe de protection de l’enfance de l’Inselspital où, en tant que centre de détection et de consultation en cas de soupçon de maltraitance, nous menons des entretiens avec des enfants, les interrogeons et documentons d’éventuelles traces de violence, et auparavant, cinq ans dans un centre d’accueil pour femmes. Ces enfants nous sont aussi bien envoyés par les personnes chargées de leur tutelle que par des professionnels – représentants officiels, autorités pénales, pédiatres ou travailleurs sociaux. La plupart du temps, les enfants ne comprennent pas pourquoi on leur donne des coups, on les étrangle à demi ou qu’on les traite avec mépris. Ils se demandent ce qu’ils ont bien pu faire de mal, et ne savent pas quelles sont les causes de cette violence à leur égard. Sur le moment, les parents ne réalisent pas que ce n’est pas en leur infligeant des châtiments corporels qu’ils vont devenir plus sages, avoir de meilleures notes à l’école ou faire moins de fautes. Les bébés qui hurlent sans arrêt, les enfants souffrant d’un déficit de l’attention (TDAH) ou autres pathologies familiales lourdes peuvent pousser n’importe quels parents à bout, et même au-delà – il n’y a pas à en avoir honte, il ne faut pas les stigmatiser et cela ne doit pas être un tabou. Les parents doivent demander de l’aide au plus vite, et y accéder facilement. Ils doivent pouvoir en parler avec des amis, leur expliquer que, comme tous les parents, il leur arrive d’être stressés, impatients et débordés, et qu’un appartement bien rangé ou des gâteaux faits maison passent au second rang.
Mischa Oesch
psychologue spécialisée en psychothérapie FSP et psychologue d’urgence certifiée FSP & NNPN
Mischa Oesch
Maltraitance des enfants et violence domestique : deux choses que personne ne devrait avoir à subir. Malheureusement, ces thèmes sont une réalité quotidienne pour certains enfants et adolescents; ils font l’expérience de cette violence dans leur propre chair. Avec la diffusion d’informations en ligne et les médias sociaux, d’autres formes de violence virtuelles sont apparues, qui font autant de mal que la violence physique et qui affectent tout aussi durement nos enfants. Toutes ces formes de violence sont de plus en plus répandues dans notre société, également en Suisse. Mère de deux enfants, je m’engage en faveur d’une éducation non violente. Je dis «non» à la violence à l’égard des enfants et des jeunes. Il est important qu’ils aient une éducation empreinte d’affection !
Christa Rigozzi
animatrice et entrepreneuse, 2 enfants (photo: Ellin Anderegg)
Christa Rigozzi
Lorsque nous avons la liberté de faire des fautes et de ne pas correspondre à la norme, la colère et la frustration se résorbent souvent.
Marah Rikli
libraire, journaliste, mère de deux enfants (Photo: Gianmarco Castelberg)
Marah Rikli
«Je suis née à Vienne en 1960. Les châtiments corporels étaient encore une méthode d’éducation légitime. De vieux films en noir et blanc dans lesquels on inflige des punitions physiques à des enfants nous donnent une idée de cette ‹normalité› qui, dieu merci, est désormais révolue. Mon père m’a par conséquent ‹bien éduquée›. Enfant battue, intimidée et sans défense, j’ai dû subir ses abus sexuels durant des années, car notre mère, elle aussi soumise à son bon vouloir, a accepté de fermer l’œil sur ses agissements. Cela a été difficile de briser cette spirale de la violence. Il m’a fallu combattre mes réflexes afin de ne pas retransmettre mon vécu à mes propres enfants. J’ai néanmoins réussi à les élever de telle sorte qu’ils deviennent des adultes heureux. Aujourd’hui encore, j’en tire plus de fierté que de mes romans. J’ai décrit mon histoire dans mon premier livre que j’ai publié sous le pseudonyme de ‹Brenda Leb›. Dans la population, on constate un changement de mentalité. Toutefois, le fait que les enfants ne sont pas la propriété de leurs parents n’est malheureusement pas encore assimilé par certaines franges de la société ou dans certaines cultures. Mais tant que les gens peuvent penser par eux-mêmes, ils peuvent se transformer. C’est pour cela qu’il est important de s’engager en faveur d’une éducation sans violence!»
Brigitte Kaindl
Romancière et mère de deux enfants adultes
Brigitte Kaindl
L’amour, la protection et le sentiment de sécurité sont les piliers de l’éducation, quelle qu’elle soit.
Fiorina Springhetti
Naturopathe TEN, fondatrice de www.mamalltag.ch, mère de deux fillettes de 6 et 8 ans
Fiorina Springhetti
Je suis convaincue que la génération des parents actuelle a suffisamment d’énergie pour le changement – et je m’en réjouis!
Linda Steiner
Être humain, marraine de deux enfants dont elle est fière et responsable du cours Parents Plus®
Linda Steiner
Ce n’est pas toujours facile d’être un papa. J’espère que ceux qui cherchent de l’aide en reçoivent.
Christoph Simon
cabarettiste et écrivain (Photo: Michael Isler)
Christoph Simon
La violence est le raccourci que les gens empruntent lorsque toutes les autres voies leur semblent trop longues, trop pénibles ou trop désagréables.
Nils Pickert
écrivain et journaliste, père de quatre enfants (Photo: Benne Ochs)
Nils Pickert
La violence, qu’elle soit physique ou psychologique, ne marque finalement qu’un constat d’échec.
Cédric Bonnébault
Délégué à la jeunesse – Canton du Valais
Cédric Bonnébault
Écoutons avec une attention plus soutenue nos propres enfants, mais aussi ceux des autres, pour savoir ce qui les préoccupe vraiment. Écouter est un début.
Andrea Braschler
mère de deux enfants et conseillère auprès de l’agence de publicité Jung von Matt LIMMAT
Andrea Braschler
En ce qui concerne la violence contre les enfants, la pauvreté et l’exclusion sociale, l’équité des chances en matière d’éducation, la ‹stagnation› et la régression sont insupportables à mes yeux.
Paula Honkanen-Schoberth
auteure de nombreux ouvrages pédagogiques, est mère d’une fille adulte et grand-mère de deux adorables petits-fils
Paula Honkanen-Schoberth
Moi-même, je n’ai certes pas d’enfant, mais quand, du bord de la piscine, j’observe la dynamique qui se met en place, je constate régulièrement que les ordres agressifs ne servent à rien.
Giorgia Rigazzi
étudiante et professeure natation
Giorgia Rigazzi
Ainsi, grandir dans une famille qui favorise le dialogue à la violence permettra à l’enfant d’être plus au clair au cas où une autre personne essayerait de lui imposer sa volonté.
Marco Tuberoso
Psychologue, Responsable prévention à l’association ESPAS (espace de soutien et de prévention abus sexuels)
Marco Tuberoso
Les enfants qui ont été maltraités par leurs parents ne cessent pas de les aimer. Ils cessent de s’aimer eux-mêmes.
Anonyme, aujourd’hui adulte et active comme éducatrice référente dans le domaine de l’aide à la jeunesse
Les enfants ont le droit de grandir dans un cadre protégé, qui leur offre des conditions dans lesquelles ils peuvent se développer librement.
Kathrin Schärer
illustratrice de livres d’enfants
Kathrin Schärer
Nombreux parents ont tout simplement peur qu’en demandant de l’aide, on considérera qu’ils ne sont pas à la hauteur. Je pense que nous pouvons tous faire de notre mieux pour mettre fin à cette perception négative.
Giulia Zanga
étudiante en master de psychologie et des sciences de l’éducation, dirige des camps de vacances pour des enfants handicapés (association ATGABBES)
Giulia Zanga
Nul ne le contestera: les enfants poussent leurs parents à bout. Ils exigent de l’amour, une protection, la sécurité, notre confiance, notre temps et toute notre attention. Mais jamais les enfants ne réclament de la violence!
Stefanie Rietzler
est psychologue et auteure d’ouvrages pédagogiques sur les enfants. Elle dirige en outre l’Akademie für Lerncoaching avec Fabian Grolimund. (Photo: Franziska Messner-Rast)
Stefanie Rietzler
Les enfants ont besoin de nombreux mots et d’une grande richesse de vocabulaire pour produire des paroles fortes et devenir de fortes personnalités.
Moritz Daum
père de 3 enfants, professeur de psychologie du développement à l’Institut de psychologie de l’Université de Zurich
Moritz Daum
En réalité, s’exercer à la patience, à prendre son temps, à rester calme, c’est un entraînement de tous les instants.
Manu Burkart
père de 3 enfants et comique au Cabaret Divertimento
Manu Burkart
Crier ne sert absolument à rien. Quand on se met à crier, tout est perdu. Je le dis et je le répète: il faut être gentil avec les enfants.
Valeria Nidola
institutrice, conteuse et libraire
Valeria Nidola
Nous ne devons pas seulement nous bercer de belles paroles. Ce qui compte, c’est comment les enfants se sentent vraiment.
Prof. Dr. Allan Guggenbühl
psychothérapeute et auteur de nombreux ouvrages, directeur de l’Institut für Konfliktmanagement à Zurich
Prof. Dr. Allan Guggenbühl
Pour les enfants, partager ces moments avec leurs parents, paisiblement et sans soucis, est le plus grand bonheur qu’ils puissent connaître.
Lorenz Clormann
père de deux enfants et Creative Director auprès de l’agence de publicité Jung von Matt/Limmat
Lorenz Clormann
Comment pouvons-nous garantir l’intérêt supérieur de l’enfant, et quand les parents dépassent-ils les limites, lorsqu’il s’agit d’un aspect social et culturel de la violence?
Mirjam Werlen
experte juridique dans le domaine de la protection de l’enfant, membre d’InterAction Suisse, l’Association suisse pour les intersexes, qui s’engage également pour le soutien des parents
Mirjam Werlen
Ce qui vaut pour les débats politiques s’applique aussi au sein de la famille. Fixer des règles et s’y tenir est également important dans l’éducation de même que respecter l’enfant.
Fabio Regazzi
Conseil national PDC, membre de la commission politique de Protection de l’enfance Suisse
Fabio Regazzi
L’humour est pour moi une stratégie de survie, aussi bien dans ma vie privée que dans mon environnement professionnel.
Nina Wägli
mère de trois garçons de 7, 5 et 4 ans, actrice de formation et animatrice socioculturelle – mais surtout, «docteur Rêves» pour la Fondation Théodora
Nina Wägli
Accompagner des enfants apporte, d’une part, beaucoup de joie et de bonheur, mais c’est aussi l’un des plus gros défis que nous ayons à relever dans la vie.
Claudia Bischofberger
mère de trois enfants et responsable des cours Parents Plus®
Claudia Bischofberger
En tant que parent, notre tâche la plus importante est de proposer à nos enfants une relation stable.
Fabian Grolimund
psychologue, auteur d’ouvrages pédagogiques, directeur de l’Akademie für Lerncoaching à Zurich et père de deux enfants
Fabian Grolimund
De nombreuses situations de conflits ou de surmenage dans le quotidien éducatif des familles pourraient être évitées, si nous ne refoulions pas les événements marquants de notre enfance.
Lisa Werthmüller
conseillère psychologique diplômée et spécialiste de coaching parental, mère d’une fille adulte
Lisa Werthmüller
Confrontés à la violence, qu’elle soit physique ou psychique, les enfants perçoivent le monde comme quelque chose de détestable.
Viola Amherd
conseillère fédérale, ancienne membre du Conseil de fondation de Protection de l’enfance Suisse
Viola Amherd
Il ne suffit pas de prononcer de beaux discours! Outre les offres d’assistance pour les parents, il faut également des réponses politiques à leurs problèmes. Nous le devons bien aux enfants.
Flavia Wasserfallen
conseillère nationale, présidente de l’Association suisse des consultations parents-enfants et mère de trois enfants
Flavia Wasserfallen
Subir de la violence dans son jeune âge peut affecter le développement infantile, et ce à différents niveaux.
Dr. Niamh Oeri
post-doc au département Psychologie du développement à l’Université de Berne
Dr. Niamh Oeri
Une relation basée sur l’anxiété, la honte et la culpabilité ne conduit jamais à un état psychique stable et sain.
Caroline Märki
fondatrice et directrice de familylab.ch et conseillère familiale appliquant les méthodes du thérapeute danois Jesper Juul
Caroline Märki
Nous devons veiller à garder une attitude respectueuse à l’égard de nos enfants, même si les choses ne vont pas comme nous le souhaiterions.
Nadja Zimmermann
entrepreneuse, écrivaine et blogueuse, mère de deux filles de 12 et de 7 ans
Nadja Zimmermann
Nous autres adultes, nous devons être capables de venir à bout de notre propre faiblesse d’une autre manière, car la violence nuit durablement au développement de nos enfants.
Prof. Dr. Martin Hafen
professeur et spécialiste de la prévention à la Haute école de travail social de Lucerne
Prof. Dr. Martin Hafen
Je suis convaincu que c’est tout ce que je peux faire pour les accompagner durablement dans leur vie et rester toujours leur interlocuteur privilégié
Christian Lüber
père de trois enfants. Compositeur de musique pour les enfants, il a notamment lancé Hilfssheriff Tom, le groupe de kid’s music du Far-West de la Suisse.
Christian Lüber
Les gens qui ont eux-mêmes fait l’expérience de la violence dans leur enfance et qui ne retransmettent pas cette violence à leur progéniture font preuve d’une grande force de caractère.
Lorenz Pauli
auteur de livres pour enfants et conteur, père de 2 adolescents
Lorenz Pauli
Certains disent qu’il n’y a pas d’approche ‹juste› ou ‹fausse› en matière d’éducation. Je ne suis pas de cet avis: la violence est (toujours) la mauvaise voie.
Racha Fajjari
maman d’un fils de 8 ans, entrepreneuse et fondatrice de Mamalicious, la plus grande communauté de mères de Suisse
Racha Fajjari
Car les professeurs ont une responsabilité particulière – celle de transmettre leur estime, quelle que soit la performance de l’enfant.
Alexander Meier
professeur de karaté J+S
Alexander Meier
Parlons de ce qui se passe loin des feux des projecteurs, et soutenons les parents et les enfants.
Fleur Jaccard
responsable des questions sociales auprès de la Fondation Christoph Merian, qui s’engage pour les enfants
Fleur Jaccard
Les enfants ne peuvent ni appeler un copain ni se défendre, et, si leur papa ou leur maman emploie la manière forte, ils ne savent pas qu’il pourrait en être autrement.
Nils Althaus
cabarettiste, musicien et acteur, père de deux fils, resp. de 4 ans et d’un an et demi
Nils Althaus
La résistance non violente est, de toute façon, une option nettement plus efficace à long terme – pour les enfants comme pour les parents.
Jolanda Spiess-Hegglin
activiste sur le Net et directrice du réseau #NetzCourage
Jolanda Spiess-Hegglin
Tout enfant a le droit de bénéficier d’une éducation sans violence.
Rosmarie Quadranti-Stahel
conseillère nationale PBD, mère de trois enfants adultes
Rosmarie Quadranti-Stahel
Souvent, les parents sont débordés et essaient de parer au plus urgent, de sauver les apparences, au lieu de chercher de l’aide.
Slavia Karlen
blogueuse de womentalk.ch, mère d’un fils de 12 ans
Slavia Karlen
Parfois, nous oublions que les enfants ne sont pas venus au monde adultes, et que nous avons été, nous aussi des enfants.
Olivia Abegglen
blogueuse de fraeuleintiger.ch et mère de deux petits garçons de 3 ans et de 1 an
Olivia Abegglen
Enfant, j’ai reçu des gifles injustement et, aujourd’hui encore, dans la deuxième partie de ma vie, je remarque combien j’en souffre encore.
Anonyme
Des relations familiales fondées sur la confiance sont l’un des principaux facteurs pour la garantir.
Prof. Dr. Dominik Schöbi
Université de Fribourg, Psychologue et père de trois enfants de 6 à 13 ans
Prof. Dr. Dominik Schöbi
Toute forme de violence déstabilise profondément un enfant et ébranle sa confiance en soi et à l’égard de son entourage.
Katja Wiesendanger
directrice de la Fondation Pro Juventute
Katja Wiesendanger
La confiance est comme une feuille de papier: une fois qu’elle est pliée, on y voit les traces pour toujours.
Christian Glauser
responsable de la section Energie à l’Office des travaux publics, des transports publics et de l’énergie de la Ville de Berne
Christian Glauser
Je pense que les parents, qu’ils vivent en couple ou qu’ils soient séparés, doivent défendre les mêmes valeurs et former une équipe, y compris pour les questions d’éducation
Marie-Eve Marville
Performance Manager et mère d’un fils de 7 ans
Marie-Eve Marville
Il est de notre responsabilité de réagir de manière adéquate aux différentes situations.
Patrick Linner
graphiste et père d’un fille de 7 ans
Patrick Linner
Dans les périodes difficiles, la pratique intense de l’exercice physique m’a aidé à tenir le coup. En sortant à l’air frais, avec ou sans les enfants, ma frustration se dissipait en général très rapidement.
Yvonne Feri
conseillère nationale, présidente du Conseil de fondation de Protection de l’enfance Suisse
Yvonne Feri
Mon objectif est que de plus en plus d’êtres humains comprennent que la violence est un instrument d’éducation totalement inadapté, car les enfants ont besoin, avant tout, de beaucoup d’affection, de relations stables et fiables avec leurs parents, et que ces derniers leur donnent le bon exemple.
Dr. med. Markus Wopmann
médecin-chef de la clinique pour enfants et adolescents à l’Hôpital cantonal de Baden
Dr. med. Markus Wopmann
shopping_cart
Voir le panier
0