keyboard_arrow_left Retour

Protection dans la petite enfance

La petite enfance, de la naissance jusqu’à l’âge de huit ans, est une phase déterminante pour le développement et la vie d’une personne. C’est pourtant dans cette phase que les enfants sont plus fréquemment concernés par la violence. Il y a beaucoup à faire pour les protéger. Quatre brèves prises de position montrent avec quelles mesures les enfants en bas âge peuvent être mieux protégés en Suisse.
mercredi, 1 décembre 2021

En Suisse, ce sont les cantons qui sont en principe responsables de la politique relative aux enfants et aux jeunes ainsi que de la protection de l’enfant. Par conséquent, elles sont structurées de différentes manières. C’est pourquoi les données sur la prévalence de la mise en danger du bien de l’enfant et les différentes mesures de protection de l’enfant sont insuffisantes.

Souvent, la violence sur les jeunes enfants vient du stress des responsables légaux. Les familles et responsables légaux avec des enfants de zéro à huit ans auraient souvent besoin de davantage de soutien : d’un conseil renforcé sur le passage au statut de parent à une sensibilisation sur les conséquences néfastes de la violence, en passant par une meilleure information sur les offres d’aide disponibles, p. ex. le coaching familial.

L’introduction du droit à une éducation non violente, accompagné par des campagnes publiques de sensibilisation, aiderait à protéger les enfants contre la violence au sein de la famille. Des mesures d’identification précoce et une meilleure protection des enfants qui assistent à la violence au sein du couple sont également nécessaires. Dans la moitié des cas, cela concerne des enfants âgés de zéro à huit ans qui devraient dans tous les cas recevoir une aide rapide, dès qu’ils sont repérés lors des interventions de police en raison de violence domestique.

Les enfants devraient également bénéficier d’une meilleure protection au sein de la famille lorsque photos et informations les concernant sont diffusées, pratique intitulée « sharenting ». Il est nécessaire de sensibiliser les responsables légaux.

À cet âge, ils sont certes en contact avec différentes institutions et personnes, mais à des degrés différents selon les enfants et leur âge. La mise en danger du bien de l’enfant peut être identifiée de manière précoce par les spécialistes qui travaillent avec des enfants, mais cela requiert la formation nécessaire. Il est nécessaire d’agir dans ce domaine. Toutes les personnes qui travaillent avec des enfants devraient être sensibilisées et formées dans le domaine de l’identification précoce, ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui. Une bonne formation (p. ex. pédiatres et MPA) est d’autant plus importante que les jeunes enfants sont très peu en contact avec des spécialistes avant l’entrée à l’école enfantine. Les enfants ont aussi besoin d’une protection institutionnalisée renforcée dans les offres de loisirs sans professionnels. Ce domaine requiert non seulement une meilleure sensibilisation, mais aussi des concepts de protection efficaces.

shopping_cart
Voir le panier
0