keyboard_arrow_left Retour

Tâches développementales : Les enfants font de leur mieux. Les adultes aussi.

Il y a des tâches développementales à chaque étape de la vie. La façon dont enfants et adultes les maîtrisent varie d’une personne à l’autre.

L’être humain évolue jusqu’à la fin de sa vie. Cela signifie que nous devons régulièrement maîtriser ce qu’on appelle des « tâches développementales ». Ces tâches diffèrent selon l’étape de la vie. Pendant l’enfance, notre développement est très rapide par rapport au reste de la vie. Par conséquent, les étapes se succèdent à intervalles relativement courts. Les parents ont également des tâches développementales à gérer concernant leur enfant.

Tâches développementales de l’enfant – l’exemple des décharges émotionnelles

La phase la plus connue est celle dite « phase d’autonomie » ou « phase d’affirmation de la volonté » chez les enfants de 18 mois à 3 ans environ. À peine les enfants ont-ils quelques années qu’ils commencent déjà à soi-disant nous défier par leur comportement, leurs décharges émotionnelles et leur opposition. On oublie vite que les enfants ne se battent pas contre nous, mais pour eux-mêmes. Comme les noms de ces phases l’indiquent, l’essentiel est alors d’explorer le monde et de faire l’expérience de l’autonomie et de sa propre volonté.

La question est de savoir « que suis-je CAPABLE DE FAIRE (moi-même!) ? » et « qu’est-ce que JE veux ? ».

En conséquence, les parents entendent souvent les enfants dire « moi ! » et « non ! ».

Au cours de leurs explorations, les tout-petits se heurtent sans arrêt aux limites de ce qu’ils ne sont pas encore capables de faire ou pas autorisés à décider. Cela génère souvent chez eux une grande frustration et des décharges émotionnelles – bien compréhensibles car leur désir de faire est immense ! Apprendre à réguler ses propres émotions est l’une des tâches développementales – centrale pour un enfant jusqu’à au moins 12 ans, mais qui le restera tout au long de la vie !

Accompagner l’enfant durant les décharges émotionnelles

Entre l’âge de 18 mois et 3 ans, les accès de colère et l’agressivité envers soi-même et les autres font partie du développement normal de l’enfant. En tant qu’adulte et parent, il faut donc essayer de comprendre notre enfant et de l’accompagner dans ses décharges émotionnelles – au lieu de le gronder et de l’humilier, de l’ignorer ou de le laisser seul dans une pièce. Cela n’est toutefois possible que si nous restons calmes, autrement dit si nous pouvons réguler nos propres émotions sur le moment. Il est essentiel pour cela de bien se connaître et de prendre soin de soi.

Se montrer compréhensif envers l’enfant lui fait savoir que ses émotions sont un moyen d’expression important de ses besoins. Car même si ces émotions nous semblent parfois un peu dramatiques, pour l’enfant, elles sont très réelles sur le moment et souvent irrépressibles, autrement dit il ne sait pas comment s’en sortir tout seul et a besoin de notre aide. Notre soutien permet à l’enfant d’apprendre progressivement à réguler ses émotions (et aussi à se contrôler).

À retenir :

L’enfant se bat pour lui-même, pas contre moi !

Pour approfondir :

Kathrin Hohmann (2021) : Gemeinsam durch die Wut. Wie ein achtsamer Umgang mit kindlichen Aggressionen die Beziehung stärkt. edition claus

Programmes de prévention et cours

Vous souhaitez aborder ce thème dans le cadre de votre quotidien professionnel? Nos programmes et cours qui ont fait leurs preuves sont disponibles ici. Nous restons à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire ou conseil individuel: info@kinderschutz.ch

L’engagement de Protection de l’enfance Suisse

Protection de l’enfance Suisse dénonce le non-respect des droits de l’enfant et exige l’application systématique de la CDE-ONU en Suisse. La fondation participe aux débats, s’engage activement en faveur de la protection des enfants et demande aux responsables politiques des structures adaptées aux enfants et aux familles.

shopping_cart
Voir le panier
0