Session d’été 2020: Brèves recoommandations

Objet du Conseil national

Recommandation
08.06.2020 13.478   Iv. pa. Romano : Introduire des allocations en cas d’adoption d’un enfant

Le congé en cas d’adoption soutenu par une indemnité sert l’intérêt de l’enfant et des parents et représente un soutien crucial pour construire la relation parents-enfant.

en savoir plus

18.06.2020 17.412   Pa. Iv. Aebischer : Egalité des chances dès la naissance

Le soutien financier accordé aux programmes cantonaux dans le domaine de la petite enfance aide à développer et à étendre les offres existantes, une nécessité.

en savoir plus

18.06.2020 20.3011   Mo. CAJ-CN : Ne pas tolérer les mariages d’enfants ou de mineurs

Les enfants ne doivent pas être mariés. Il s’agit donc d’annuler aussi chaque mariage d’enfants conclu à l’étranger.

en savoir plus

18.06.2020 19.4290   Mo. Barrile : Garantir les prestations médicales à tous les enfants !

Les enfants n’ont pas à souffrir du fait que leurs parents ne peuvent pas payer leurs primes d’assurance. Ayant un besoin particulier de protection, ils ont droit à toutes les prestations médicales.

en savoir plus

Objet du Conseil des Etats

Recommandation
11.06.2020 19.081   Objet du CF : CC. Changement de sexe à l’état civil

Seule une procédure de changement de sexe rapide et sans complication bureaucratique permet de tenir compte de l’intérêt supérieur des enfants transgenres et intersexes, qui souffrent des complications administratives à voir leur identité de genre reconnue.

en savoir plus

Brèves recommandations

Lundi 8 juin 2020 13.478

Initiative parlementaire Romano

Introduire des allocations en cas d’adoption d’un enfant

L’adoption d’un enfant est pour l’enfant et les parents un événement marquant et crucial. Pour le bien de l’enfant, il est essentiel que des relations d’affection solides puissent s’instaurer rapidement. En raison de leur degré de développement et de leur dépendance à l’égard des parents, ceci revêt une importance particulière chez les jeunes enfants (0 à 8 ans). La présence des parents et leur disponibilité sont donc essentielles. Un congé de 14 semaines est par conséquent indiqué et la limite d’âge doit être élevée à 8 ans au minimum.

Protection de l’enfance Suisse recommande d’entrer en matière et d’accepter ce projet avec les deux modifications de l’art. 16i al. 1 let. a (âge) ainsi que de l’art. 16k al. 2 et 3 LAPG et de l’art. 329g al. 1 CO (durée du congé).

 

retour à l'aperçu
Jeudi 18 juin 2020 17.412

Initiative parlementaire Aebischer Matthias

Egalité des chances dès la naissance

Dans le domaine de la petite enfance, les offres proposées diffèrent beaucoup selon la région quant à leur organisation et leur étendue. Les programmes cantonaux soutenus par ce projet contribueront à mettre en lumière les lacunes existantes et à les combler. Le fait qu’un enfant bénéficie ou non des mesures mesures d’encouragement précoce ne doit pas dépendre de son lieu de domicile. Les programmes devraient toujours avoir pour but « le bien-être physique et intellectuel » des enfants, comme l’énonce l’article 2 LEEJ. Ceci inclut le dépistage des mises en danger du bien de l’enfant et les interventions précoces par des professionnels formés spécialement. Les nouveaux programmes peuvent ainsi contribuer à améliorer la protection des enfants.

Protection de l'enfance Suisse recommande d'entrer en matière sur ce projet, de l'accepter et de suivre la minorité de la commission pour l'art. 1 al. 1.

retour à l'aperçu
Jeudi 18 juin 2020 20.3011

Motion CAJ-CN

Ne pas tolérer les mariages d’enfants ou de mineurs

En Suisse, le mariage n’est autorisé qu’à partir de 18 ans. Si un enfant est marié dans un pays étranger, ce mariage est valide en Suisse dans de nombreux cas. Les services spécialisés partent du principe qu’il y a en Suisse de plus en plus d’enfants mariés. Mais les filles ou les garçons doivent pouvoir vivre leur enfance et ne pas devenir précocement des épouses ou des époux. C’est pourquoi il est important que tous les mariages d’enfants soient annulés. A cet effet, l’art. 105 CC doit être modifié. Pour les enfants concernés, les inconvénients possibles d’une annulation du mariage doivent être pris en charge (par ex. par la protection des victimes ou une modification de la loi sur les étrangers et l’intégration).

Protection de l’enfance Suisse recommande d’adopter la motion.

 

retour à l'aperçu
Jeudi 18 juin 2020 19.4290

Motion Barrile

Garantir les prestations médicales à tous les enfants !

La loi sur l’assurance maladie (LAMal) autorise les cantons à établir la liste des personnes qui ne paient pas leurs primes d’assurance. Les assureurs peuvent refuser aux personnes qui figurent sur ces listes le remboursement de toutes les prestations médicales à l’exception des soins d’urgence. Il y a eu et il y a encore des cantons dans lesquels des soins médicaux ont été refusés, pour cette raison, à des enfants. Comme le relève à juste titre le Conseil fédéral, cette pratique est clairement en contradiction avec la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE). En vertu de la CDE, l’Etat se doit de considérer l’intérêt supérieur de l’enfant comme une priorité absolue (art. 3) et doit garantir à tous les enfants le droit de recevoir l’assistance médicale et les soins de santé nécessaires (art. 24).

Protection de l’enfance Suisse recommande de suivre le Conseil fédéral et d’adopter cette motion.

retour à l'aperçu
Jeudi 11 juin 2020 19.081

Objet du Conseil fédéral

CC. Changement de sexe à l’état civil

Le projet vise à simplifier le changement de sexe et de prénom à l’état civil pour les personnes transgenres ou présentant une variation du développement sexuel (personnes intersexes). Les personnes concernées pourraient à l’avenir le faire par une déclaration devant l’officier de l’état civil, sans autres conditions ou examens préalables. Cette procédure simple et rapide, fondée sur l’autodétermination, est sur le principe à saluer. Toutefois, cette amélioration ne vaut que pour les adultes. Un enfant capable de discernement ne pourra faire cette déclaration qu’avec le consentement de son représentant légal. Or il doit pouvoir exercer seul ce droit strictement personnel, comme actuellement devant les tribunaux. Personne n’est mieux placé que la personne concernée pour exprimer son opinion et exercer son droit à l’autodétermination en choisissant, sur la base de son intime et constante conviction, l’un des deux sexes et en entreprenant les démarches nécessaires auprès de l’état civil. En outre, un tel changement de sexe et de nom facilité contribuera à la prévention du harcèlement et du suicide. En effet, les enfants dont l’intime conviction ne correspond pas à l’attribution administrative à un sexe sont particulièrement exposés dans les deux domaines.

Protection de l'enfance Suisse recommande d'entrer en matière sur cet objet, de l'accepter et de suivre les minorités de la commission pour l'art. 30b.

retour à l'aperçu