Agir avec « EMMO » contre la violence envers les enfants

En moyenne, il y a dans chaque classe un enfant régulièrement victime de violences physiques dans son éducation. Protection de l’enfance Suisse lance le petit monstre en peluche « EMMO » avec lequel les enfants peuvent facilement exprimer sans paroles leurs sentiments, car il y a toujours une alternative à la violence.
mardi, 26 octobre 2021
;

L’« Étude concernant le comportement punitif des parents en Suisse » de l’Université de Fribourg prouve que la violence physique et psychologique envers les enfants fait partie de la vie quotidienne. Un enfant sur vingt subit régulièrement des châtiments corporels à la maison. Et un enfant sur quatre est régulièrement victime de violence psychologique. Protection de l’enfance Suisse s’est fixée pour objectif de réduire la violence à l’encontre des enfants. Il existe désormais un moyen pour y parvenir sur protectionenfance.ch : le petit monstre en peluche « EMMO ».

Communication facile sans paroles
« EMMO » est une peluche qui, dans son état initial, est tout sourire. Le cœur rouge cousu sur le corps aux couleurs gaies signifie : Je vais bien ! Mais si on retourne « EMMO », le petit monstre se transforme. Un visage gris et triste apparaît. Le sourire a disparu, les commissures des lèvres tombent vers le bas et le cœur rouge est brisé en deux. Cela permet à l’enfant de faire savoir d’une manière simple qu’il ne va pas bien. Le nom « EMMO » est dérivé du mot « émotion ».

Tous les sentiments sont autorisés, mais pas tous les actes
« Dans les situations quotidiennes stressantes, les parents ne remarquent souvent pas les sentiments de leurs enfants ou les enfants ne peuvent pas les verbaliser. Le petit monstre aide les enfants à montrer comment ils vont et permet aux parents de reconnaître les situations émotionnelles avant qu’elles ne dégénèrent », explique Regula Bernhard Hug, directrice de Protection de l’enfance Suisse. « EMMO » est un instrument simple mais efficace pour les désamorcer. Il renforce la relation parent-enfant dans un moment crucial. « Si les parents sont trop absorbés par leurs propres sentiments ‹ EMMO › fait passer le message avant que l’acte de violence ne se produise », déclare Bernhard Hug. La peluche rétablit une bonne relation des parents envers l’enfant, ce qui à son tour empêche la violence.

Fabriqué en Suisse
Le petit monstre en peluche a été entièrement conçu et fabriqué en Suisse. « Social Fabric » – une association indépendante à but non lucratif qui promeut l’insertion professionnelle et la formation des personnes réfugiées en Suisse – a mis au point le prototype et était responsable du travail de couture avec le centre de formation « Nähwerk IDM » à Thoune. « EMMO » est en vente sur protectionenfance.ch au prix coûtant de 38 francs.

Autres offres de prévention
En plus d’« EMMO », les cours pour les parents du programme Parents Plus® sont particulièrement utiles pour prévenir les situations tendues et les désamorcer de manière constructive et non violente. Les offres améliorent la relation parents-enfants, ce qui contribue à un quotidien familial plus serein. Une vingtaine de cours pour les parents seront encore proposés d’ici fin 2021. Le programme se poursuivra en 2022. De nouveaux cours sont régulièrement mis en ligne. En plus du cours pour les parents en quatre volets, il existe aussi des ateliers thématiques ou des échanges en ligne qui s’intitulent, par exemple, « Dispute entre frères et sœurs », « Puberté » ou « Comment échapper aux pièges du stress » et transmettent des connaissances spécifiques. Certains cours sont proposés en présentiel dans toute la Suisse, tandis que d’autres se déroulent en ligne gratuitement.

Soutenir l’éducation non violente par la loi
Une éducation sans violence a également besoin d’un signal fort de la part de la société et de la politique. Le droit à une éducation non violente ancré dans la loi crée de la clarté pour les personnes en charge de l’éducation et envoie un signal. Un tel signal positif est venu du Conseil national lors de la session d’automne qui s’est clairement prononcé, pour la première fois, en faveur de l’introduction du droit à une éducation non violente. La balle est désormais dans le camp du Conseil des États, probablement durant la session d’hiver.

Notes aux rédactions
L’étude concernant le comportement punitif des parents en Suisse ainsi que du matériel photographique et vidéo pour la campagne de prévention « Idées fortes – il y a toujours une alternative à la violence » sont consultables ici : https://www.kinderschutz.ch/fr/engagement/campagne-de-prevention

Demandes des médias

Tamara Parham
Directrice de la communication
Téléphone +41 31 384 29 19
Mobile +41 76 392 13 27
tamara.parham@kinderschutz.ch

Tamara Parham
shopping_cart
Voir le panier
0