Janvier 2017

Nouveau centre d’écoute et d’assistance de l’enfant et de l'adulte

La Suisse se dote d’un centre d’écoute et d’assistance pour les personnes qui se trouvent en conflit avec les Autorités de protection de l’enfant et de l’adulte (APEA), les curatelles ou les tribunaux en charge des procédures de divorce. Le nouveau centre indépendant d’écoute et d’assistance de l’enfant et de l’adulte (KESCHA) est mis en place pour compléter l’éventail existant. Il offre aux personnes concernées des conseils neutres dispensés par des professionnels indépendants en français, en allemand et en italien par téléphone ou dans le cadre d’un entretien personnel. Le site Internet du centre d’écoute et d’assistance informe de manière claire et compréhensible sur le droit de la protection de l’enfant et de l’adulte. 

Ce centre d’écoute et d’assistance a été initié par la fondation Guido Fluri et mis en place avec le concours de la fondation Protection de l’enfance Suisse, l’Association professionnelle pour l’éducation sociale et la pédagogie spécialisée Integras, Avocats des enfants Suisse, Pflege- und Adoptivkinder Schweiz ainsi que la Conférence en matière de protection des mineurs et des adultes COPMA.

Appel contre l’application aveugle de règlement Dublin

La Suisse applique le plus strictement la procédure Dublin. Ce formalisme excessif conduit non seulement à la destruction de la santé psychique voire physique des personnes, mais également à des violations des droits fondamentaux et des droits de l’enfant.

Au nom des Accords de Dublin, des familles sont séparées, des personnes malades sont renvoyées dans des pays où aucune prise en charge médicale n’est garantie, des enfants sont arrachés de leur classe en milieu d’année, des mères d’enfants en bas âge sont renvoyées vers l’Italie, alors que le père de leur enfant reste en Suisse.

Les organisations et les personnalités signataires de cet appel demandent au Conseil fédéral d’utiliser toutes les possibilités offertes par le Règlement Dublin, évitant à la Suisse de violer les conventions internationales relatives aux droits de l’enfant et aux droits fondamentaux.