2019

Les enfants ont le droit de bénéficier d’une éducation non-violente. Aujourd’hui, c’est le «No Hitting Day».

Les enfants ont le droit de bénéficier d’une éducation non-vio-lente. C’est ce que nous rappelle la journée internationale de l’éducation non-violente, le « No Hitting Day ». Différentes études actuelles démontrent que tout ne va pas au mieux en Suisse à cet égard. Récemment, l’université de Fribourg a analysé le comportement punitif des parents en Suisse. Ses conclusions sont consternantes : un enfant sur deux en Suisse connaît, au cours de son éducation, la violence psychologique ou physique. Il est temps que la classe politique et la société agissent enfin.

«Quand je ne supporte plus les gosses, je commence par respirer à fond.»

La fondation Protection de l’enfance Suisse lance sur le thème de l’éducation le deuxième volet de sa campagne de sensibilisation de plusieurs années intitulée « Idées fortes – il y a toujours une alternative à la violence » qui a pour but d’attirer l’attention sur la violence psychologique et physique dans l’éducation. Les enfants ne veulent pas toujours ce que veulent les parents et il y a des discussions, des protestations et des cris. Dans de nombreuses familles en Suisse, la violence physique et psychologique est une réalité quotidienne. Alors que, dans un premier temps, des enfants décrivaient leur expérience de la violence dans l’éducation de leur point de vue, l’attention se porte cette fois sur la perspective des parents et des grands-parents.