Les 20 ans de la Convention relative aux droits de l’enfant en Suisse: Par exemple le droit à un développement optimal

Il y a 20 ans, la Suisse ratifiait la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant. Ce texte est un instrument contraignant qui définit les enfants comme des sujets juridiques à part entière. Il contient les droits humains généraux tels que le droit à l’éducation et à la santé, mais aussi des droits spécifiques destinés à assurer la protection particulière, la promotion et la participation des enfants. Quels ont été les effets de la Convention en Suisse? Où en est la Suisse dans la mise en œuvre de ces droits? À l’aide d’un thème, Protection de l’enfance Suisse montre chaque mois, de février à novembre, de quelle manière les droits de l’enfant sont ancrés en Suisse et comment nous pouvons contribuer à leur réalisation. Au mois de juin: le projet CompAct et le droit à un développement optimal.

Le droit au meilleur développement possible

La Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant (CDE-ONU) consacre le droit des enfants à la vie, et à la survie et au meilleur développement possible (article 6). Ce droit est lié à tous les autres droits de l’enfant et est donc ce que l’on appelle un principe fondamental. La CDE-ONU définit le développement comme un processus qui comprend la personnalité, les dons, les aptitudes psychiques, mentales et physiques et le bien-être matériel. Ce processus de développement défini au sens large contribue également à la protection de l’intégrité physique et psychique des enfants. Si les enfants jouissent de tous les droits définis dans la CDE-ONU, les conditions optimales sont réunies pour qu’ils puissent se développer à tous les égards et conformément à leurs besoins.

Les droits et devoirs des parents

Dès le départ et indépendamment de leur âge, les enfants ont besoin de personnes de référence qui encouragent leur développement, les soutiennent dans l’épanouissement de leurs capacités et répondent à leurs besoins spécifiques et à leurs goûts. L’article 5 de la CDE-ONU constate que les détenteurs de l’autorité parentale – en général les parents – ont le droit, mais aussi le devoir de guider leur enfant dans l’exercice de ses droits d’une manière correspondant à ses capacités. Les enfants ont besoin d’être guidés pour exercer leurs droits, mais il leur faut aussi bénéficier de la protection nécessaire pour que leur bien-être soit assuré. Par ailleurs, il est important que les enfants se voient offrir des possibilités de participation et un soutien pour pouvoir faire valoir leurs droits eux-mêmes.

La responsabilité de l’éducation et du développement de l’enfant incombe donc aux parents. Leur préoccupation fondamentale doit être le bien de l’enfant. L’État intervient lorsque les parents ne sont pas en mesure de remplir cette tâche. Par ailleurs, l’État est tenu de soutenir les parents dans cette tâche. Cela signifie que l’État doit créer les conditions nécessaires en mettant à disposition les structures et ressources correspondantes.

CompAct: un projet pour encourager les compétences des enfants

Le projet CompAct reprend le droit des enfants à un développement optimal et le rôle primordial des parents dans ce processus. Le but du projet mis au point par Protection de l’enfance Suisse consiste à promouvoir le meilleur développement possible de l’enfant et à renforcer les compétences de celui-ci. Lancé en juin 2017, ce projet s’adresse aux professionnels de la pédagogie travaillant dans les crèches, jardins d’enfants, écoles primaires ainsi qu’aux travailleuses et travailleurs sociaux scolaires. Cette documentation variée permet aux professionnels de travailler avec des enfants de 3 à 8 ans sur le renforcement de leurs compétences sociales et de sensibiliser leurs parents à une éducation qui soutienne le développement.

Vous pouvez vous procurer la documentation à l’adresse: www.comp-act.ch