Les 20 ans de la Convention de l'ONU relative aux droits de l'enfant en Suisse: par exemple le droit des enfants à être protégés contre l’exploitation sexuelle

Il y a 20 ans, la Suisse ratifiait la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant. Ce texte est un instrument contraignant qui définit les enfants comme des sujets juridiques à part entière. Il contient les droits humains généraux tels que le droit à l’éducation et à la santé, mais aussi des droits spécifiques destinés à assurer la protection particulière, la promotion et la participation des enfants. Quels ont été les effets de la Convention en Suisse? Où en est la Suisse dans la mise en œuvre de ces droits? À l’aide d’un thème, Protection de l’enfance Suisse montre chaque mois, de février à novembre, de quelle manière les droits de l’enfant sont ancrés en Suisse et comment nous pouvons contribuer à leur réalisation. En juillet: le droit des enfants à être protégés contre l’exploitation sexuelle – y compris dans les voyages et le tourisme.

Selon l’article 34 de la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant, les enfants ont le droit d’être protégés contre toutes les formes d’exploitation sexuelle et de violence sexuelle – y compris pendant les vacances!

Pour beaucoup de gens, les vacances sont le plus beau moment de l’année – mais pas pour tous. Dans le monde, 1,8 million d’enfants sont victimes d’exploitation sexuelle de la part de voyageurs.

L’expansion du tourisme favorise les violences sexuelles sur les enfants: les enfants sont exploités par les voyageurs lors de vacances à la mer, de voyages d’affaires et de voyages culturels – dans des stations touristiques de luxe, des maisons de prostitution, des maisons de particuliers ou sur des plages. Les touristes ne violent pas exclusivement l’intégrité sexuelle des enfants dans des pays lointains, mais aussi en Europe. Les victimes de violence sexuelle sont de plus en plus jeunes, peuvent être des garçons comme des filles, font souvent partie d’une minorité, vivent dans la pauvreté, sont fréquemment sans abri et ont des problèmes familiaux.

Les criminelles et criminels sexuels voyageurs ne correspondent plus aux stéréotypes: ils sont jeunes ou vieux, ils sont vacanciers ou voyageurs d’affaires ou ils ont émigré ou vivent à l’étranger, et ce sont rarement des pédophiles (adultes manifestant une préférence sexuelle pour les enfants prépubères). Beaucoup sont des «délinquantes et délinquants occasionnels», qui violent l’intégrité sexuelle des enfants lorsqu’une occasion se présente à eux. Se pensant protégés par l’anonymat, ils croient qu’on ne pourra pas leur demander de rendre des comptes et que leurs actes sont socialement acceptés.

«Ne pas détourner le regard!»

Protection de l’enfance Suisse s’engage avec le service spécialisé ECPAT Switzerland pour que la Suisse mette en œuvre les recommandations du Comité des droits de l'enfant et crée un cadre légal efficace pour protéger aussi l’intégrité sexuelle des enfants dans le contexte des voyages et du tourisme.

Pour protéger durablement les enfants contre l’exploitation sexuelle, on a en outre besoin du soutien du secteur du tourisme ainsi que des voyageuses et voyageurs: vous pouvez contribuer à la protection des enfants!

Apportez votre aide en signalant les cas suspects sur place ou par le biais du formulaire de signalement de la campagne «Ne pas détourner le regard!». Par ailleurs, veillez à ne passer que par des agences de tourisme membres du Code de Protection de l’enfance «Tourism Child Protection Code», qui se sont engagées à avoir des activités responsables.