Les droits humains – et les droits de l’enfant – ne sont pas négociables! C’est pourquoi nous montrons le carton rouge à l’initiative anti-droits humains!

Le devoir de protection envers les mineurs en Suisse, un droit humain inscrit dans la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant, est-il négociable? Toute personne qui se penche sur l’initiative populaire «Le droit suisse au lieu de juges étrangers» ou, en bref, l’initiative anti-droits humains ne peut pas faire l’économie de cette question. La réponse de Protection de l’enfance Suisse est clairement non! Ce devoir de protection est intangible: les droits humains – y compris les droits de l’enfant – ne sont pas négociables!

Les droits humains sont un facteur de protection pour chacun et chacune de nous; pour les adultes et en particulier aussi pour les enfants et les jeunes. L’Etat et la société ont le devoir de mettre en place, pour les enfants et les jeunes, des conditions de vie qui garantissent leurs droits.

Ces dernières années, les initiatives populaires dont les revendications touchent aux droits fondamentaux se sont multipliées en Suisse; ces droits sont inscrits entre autres dans la Constitution fédérale et dans la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales du Conseil de l’Europe (CDEH). L’initiative anti-droits humains est de la même veine ! C’est une attaque contre la validité de la CDEH et d’autres conventions internationales dans le domaine des droits humains – la Convention des droits de l’enfant de l’ONU en est une. L’initiative anti-droits humains mérite donc le carton rouge!

Protection de l’enfance Suisse s’emploie à protéger les droits fondamentaux et dit non à l’ #initiative anti-droits humains! Nous soutenons la campagne en qualité de membre de Dialogue CDEH et de Facteur de protection D. Car: nous ne tolérons aucune attaque contre les droits humains!

www.facteurdeprotection-d.ch/cartonrouge

Protection de l'enfance Suisse montre le carton rouge à l’initiative anti-droits humains

Retour