20 jours de congé paternité à Saint-Gall – la Suisse peut faire davantage !

En Suisse, il n’existe pas pour l’heure de congé parental payé, inscrit dans la législation. Concernant le congé maternité de 14 semaines, la Suisse est également à la traîne. Protection de l’enfance Suisse demande donc de créer les bases légales nécessaires pour un congé parental, de manière à ce que les deux parents puissent, après la naissance de leur enfant, faire une pause professionnelle. Le congé parental est un investissement dans les familles – et il contribue aussi à mieux protéger les enfants. 

La naissance d’un enfant chamboule complètement la vie. Au cours des premières semaines qui suivent la naissance, les jeunes parents ont besoin de temps et de calme pour s’adapter à la nouvelle situation, témoigner de l’affection à leur enfant et bâtir avec lui des liens d’attachement étroits. Durant cette période, la présence des personnes de référence primaires – donc des pères aussi – revêt une extrême importance, à la fois pour le développement et la protection de l’enfant.

Des liens solides ont un rôle protecteur

Du point de vue de la psychologie du développement, la construction du lien parents-enfant joue un rôle primordial durant la période de la petite enfance (0–8 ans). Des liens solides constituent un facteur de protection de grande importance pour les enfants et sont essentiels pour un développement optimal. Ces liens sont la base de leur confiance envers le monde. Pour bâtir ces relations, les personnes de référence primaires doivent être suffisamment disponibles pour percevoir correctement les signaux du nourrisson et y réagir de manière appropriée. Ceci n’est possible que si les parents n’ont pas d’autres charges. Le congé parental contribue à renforcer ce lien  – entre la mère et l’enfant, entre le père et l’enfant et entre les parents– et à donner de meilleures assises à la situation familiale. 

Statistique nationale de la protection de l’enfant 2017

Un coup d’œil sur la statistique nationale de la protection de l’enfant de la Suisse qui vient d’être publiée pour 2017 montre que les enfants sont fortement en danger et affectés au cours de leur première année de vie. Il est démontré que les maltraitances sont généralement liées à la surcharge des parents. Protection de l’enfance Suisse est convaincue que l’introduction d’un congé parental dans la législation permettrait aussi de prévenir les mauvais traitements. Car davantage de temps disponible encourage le lien parents-enfants et a de surcroît un effet protecteur pour l’enfant.   

20 jours de congé paternité accordés par la ville de Saint-Gall

20 jours de congé paternité pour chaque employé de la ville : tel est le principe adopté cette semaine par le parlement de la ville de Saint-Gall. Saint-Gall prend ainsi un rôle de précurseur. En inscrivant dans la législation un congé de 20 jours, nous ne serions toutefois ni des pionniers ni des modèles mais resterions dans la moyenne. Protection de l’enfance Suisse est convaincue que la Suisse peut faire davantage. 

Congé parental

L’adaptation aux familles inclut une vaste palette de conditions cadre – il peut s’agir d’horaires de travail plus souples, d’allocations financières ainsi que d’un congé maternité/paternité, respectivement d’un congé parental.

Tandis que les horaires de travail flexibles relèvent principalement du champ de compétence des entreprises, le congé parental est en premier lieu une tâche de l’Etat qui peut être complétée par les entreprises de manière facultative. Le Conseil fédéral ne voit pas les signes des temps. Alors que la Suisse en est encore à discuter de la possible introduction d’un congé paternité, le congé parental que les mères et les pères peuvent se répartir a été introduit depuis longtemps en Europe. Le congé parental permet aux parents de s’occuper eux-mêmes de leur enfant les premiers mois après la naissance – sans risquer de perdre leur emploi et sans grandes diminutions de revenu. Xenia Schlegel, directrice de Protection de l’enfance Suisse : « De notre point de vue, le congé parental complète de manière idéale le congé maternité déjà existant. Il soulage les familles et améliore les conditions de départ des enfants, ce qui signifie aussi de meilleures chances d’évolution au niveau scolaire et professionnel – prévenir au lieu d’intervenir. »

Contact 

Xenia Schlegel, directrice de Protection de l’enfance Suisse, +41 79 431 69 94, xenia.schlegel@kinderschutz.ch

Retour