Extension de l’obligation d‘aviser

Le Parlement prend une décision importante pour une protection directe et efficace des enfants en danger! La révision a pour but d’étendre l’obligation d’aviser, plus précisément de mettre en place des standards minimaux à l’échelon national et de faciliter le droit d’aviser pour les personnes astreintes au secret professionnel et au secret de fonction. Protection de l’enfance Suisse constate avec satisfaction que le Conseil national a suivi dans les grandes lignes ses recommandations. A l’avenir, toutes les personnes qui sont régulièrement en contact avec des enfants dans l’exercice de leur activité professionnelle devraient être soumises à l’obligation d’aviser, qu’il s’agisse d’une fonction officielle ou non.

La fondation Protection de l’enfance Suisse s’occupe déjà activement de cet objet politique depuis longtemps et se propose de suivre la mise en œuvre des droits et des obligations d’aviser après leur révision. Car pour que la protection de l’enfant soit efficace, il est indispensable que l’obligation d’aviser soit appliquée de manière compétente. Les professionnels qui ont l’obligation d’aviser doivent être formés et sensibilisés afin d’être à même de reconnaître une situation de mise en danger du bien de l’enfant. Ils pourront ainsi évaluer s’ils sont en mesure de désamorcer une situation de mise en danger ou présumée à risque dans le cadre de leur fonction ou s’il est nécessaire d’entreprendre d’autres démarches – par exemple transmettre un avis de mise en danger à l’Autorité de protection de l’enfant.
Protection de l’enfance Suisse a conçu différents guides pratiques pour les professionnels concernant le dépistage des mises en danger de l’enfant

Retour